Mobilisons-nous pour interdire le PVC !

Cette pétition est adressée à la Commission européenne

Cette pétition vous est adressée par [% inititator_name %].

PĂ©tition

LES ONGs APPELLENT LES DÉCIDEURS POLITIQUES EUROPEENS À DÉVELOPPER DES STRATÉGIES AMBITIEUSES D'ÉLIMINATION PROGRESSIVE DE CE PLASTIQUE NOCIF

Les effets néfastes du PVC sur la santé et l'environnement exigent une élimination complète de ce matériau. Afin de réaliser les ambitions du Plan Zéro Pollution de l'UE et des initiatives en faveur d'un environnement non toxique, nous demandons à la Commission européenne de proposer rapidement une restriction ambitieuse de la production, de l'utilisation et de la mise sur le marché du PVC et de ses additifs dans le cadre du règlement REACH.  Nous demandons également à la Commission européenne et à ses États membres d'exiger une interdiction mondiale du PVC dans le cadre du nouveau Traité mondial contre la pollution plastique.

Il est prouvé que pour la majorité de ses utilisations, le PVC peut être remplacé par des matériaux plus sûrs.

Seules les utilisations du PVC pour lesquelles aucune alternative plus sûre n'est disponible et qui sont nécessaires pour protéger notre santé ou notre sécurité ou qui sont critiques pour la société – soit les utilisations dites essentielles - devraient être autorisées dans des conditions strictement contrôlées.

La Commission européenne doit agir maintenant pour éliminer le PVC d'ici 2030.

Read more

Pourquoi est-ce important ?

POURQUOI EST-IL URGENT D’INTERDIRE LE PVC ?

La limite planétaire de la pollution chimique et plastique a déjà été dépassée. Pourtant, nous continuons à vivre entourés de PVC (polychlorure de vinyle) et de ses additifs, qui représentent un risque bien connu pour la santé humaine et environnementale. 

Le PVC expose l'homme à des produits chimiques toxiques et cancérigènes et à des contaminants, ce qui constitue une menace pour les sources d'eau, la couche d'ozone et d'autres éléments naturels qui font partie intégrante de la santé de notre planète. 

En raison de son prix abordable et de sa polyvalence, le PVC est un matériau attrayant pour les produits avec lesquels nous interagissons tous les jours, qu'il s'agisse de matériaux de construction, d'emballages ou d’articles du secteur médical. Pourtant, de nombreuses substances chimiques contenues dans les produits en PVC menacent la santé humaine et la planète, et alimentent d'autres facteurs de crise contre lesquels l'UE prend des mesures réglementaires, tels que les PFAS (substances chimiques à effet permanent) et les microplastiques. De plus, l'industrie reste silencieuse quant aux propriétés potentiellement dangereuses d'autres additifs.

Toutes les preuves scientifiques actuelles montrent que l'utilisation du PVC est problématique et entraîne des problèmes sanitaires et environnementaux importants à tous les stades de son cycle de vie. La production et l'utilisation durables du PVC sont donc impossibles.

Pour faire face à ces risques, les ONG appellent les décideurs politiques de l'UE à mettre fin au PVC et à développer un plan pour l'élimination complète de ce matériau d'ici 2030. Au cœur de ce plan devrait figurer une large restriction de la production, de l'utilisation et de l'entrée sur le marché du PVC dans tous les secteurs, dans le cadre de REACH.

POURQUOI FAUT-IL AGIR ?

Le PVC a des effets négatifs sur l'environnement et la santé humaine à chaque étape de son cycle de vie - production, utilisation et élimination/traitement des déchets. 

Pendant la production :

  • La population et les travailleurs sont exposĂ©s Ă  des produits chimiques très dangereux libĂ©rĂ©s lors de la production du PVC et de ses matières premières, notamment des substances cancĂ©rigènes telles que le dichlorure d'Ă©thylène, le chlorure de vinyle monomère, les dioxines, les mĂ©taux lourds et l'amiante. 
  • L'utilisation de PFAS persistants - "polluants Ă©ternels" - dans la production de chlore, produit le chlorure de vinyle monomère, qui est cancĂ©rigène.
  • L'utilisation d’acĂ©tylène est l'un des moyens de produire le chlorure de vinyle monomère ; mais la production d’acĂ©tylène nĂ©cessite l’utilisation de charbon et entraine l’émission de mercure, ce qui contribue au changement climatique et Ă  la dĂ©gradation de l'environnement.
  • Le PVC endommage la couche d'ozone en libĂ©rant du tĂ©trachlorure de carbone.
  • La production de PVC nĂ©cessite de grandes quantitĂ©s d'Ă©nergie par rapport Ă  d'autres plastiques de consommation.

Pendant l'utilisation :

  • Le PVC a des effets nĂ©fastes sur la santĂ© humaine et l'environnement en raison des volumes Ă©levĂ©s d'additifs nocifs tels que les stabilisateurs de plomb et les phtalates qui sont libĂ©rĂ©s pendant l'utilisation et en fin de vie.
  • Le PVC, couramment utilisĂ© pour les produits de consommation tels que les emballages alimentaires et les jouets pour enfants, expose la population Ă  ces additifs.
  • La contamination de l'eau potable par la plomberie en PVC expose les personnes Ă  des contaminants nocifs tels que le plomb et les composĂ©s organiques volatils.

Lors de l'élimination/le traitement :

  • Le PVC est un plastique très difficile Ă  recycler : ses ingrĂ©dients dangereux empĂŞchent une rĂ©utilisation et un recyclage non-toxique.
  • Lors de la mise en dĂ©charge ou de l'incinĂ©ration du PVC, des substances chimiques nocives telles que le mercure, les dioxines et les furannes sont Ă©mises.
  • Les sources d'eau sont contaminĂ©es par les granulĂ©s de plastique et les produits chimiques toxiques provenant de la mise en dĂ©charge des dĂ©chets de PVC.

Il est urgent d'agir pour empĂŞcher le PVC - la forme de plastique la plus nuisible pour l'environnement - de causer d'autres dommages.

UNE HISTOIRE DE L’INACTION

En 2000, la Commission européenne a publié un « Livre vert concernant les problèmes environnementaux posés par le PVC », soulignant le fait que le PVC pose plusieurs problèmes pour l'environnement et la santé humaine. Le document concluait qu'une « approche intégrée est donc nécessaire pour évaluer l'ensemble du cycle de vie du PVC afin d'élaborer les mesures nécessaires pour assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l'environnement ainsi que le bon fonctionnement du marché intérieur ». 

Malgré ces conclusions, formulées il y a plus de 20 ans, l'industrie du PVC a réussi à faire dériver les débats sur les problèmes posés par le PVC grâce à un lobbying intense. En affirmant que le progrès technique aurait permis de réduire certains des risques liés au PVC et que ses prétendus avantages sociétaux l'emportent sur l'ensemble des inconvénients, l'industrie retarde l'adoption de mesures indispensables. 

Les entreprises de la chaîne de valeur des produits en PVC se livrent désormais à des « substitutions regrettables », c'est-à-dire qu'elles remplacent une substance réglementée par une substance non réglementée qui présente le même risque, ce qui signifie que les effets nocifs subsistent.

La feuille de route sur les restrictions, qui est le plan audacieux de l’UE publié en 2022 interdire les produits chimiques les plus dangereux, inclut le PVC et ses additifs dans sa liste de produits chimiques dangereux qui devraient être restreints. Dans un premier temps, la Commission européenne a demandé à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) de préparer une évaluation des risques du PVC et de ses additifs, y compris les risques pour l'économie circulaire et les risques intrinsèques du polymère.

IL FAUT AGIR MAINTENANT

Les effets néfastes du PVC sur la santé et l'environnement exigent une élimination complète de ce matériau. Afin de réaliser les ambitions du Plan Zéro Pollution de l'UE et des initiatives en faveur d'un environnement non toxique, nous demandons à la Commission européenne de proposer rapidement une restriction ambitieuse de la production, de l'utilisation et de la mise sur le marché du PVC et de ses additifs dans le cadre du règlement REACH.  Nous demandons également à la Commission européenne et à ses États membres d'exiger une interdiction mondiale du PVC dans le cadre du nouveau Traité mondial contre la pollution plastique.

Il est prouvé que pour la majorité de ses utilisations, le PVC peut être remplacé par des matériaux plus sûrs.

Seules les utilisations du PVC pour lesquelles aucune alternative plus sûre n'est disponible et qui sont nécessaires pour protéger notre santé ou notre sécurité ou qui sont critiques pour la société – soit les utilisations dites essentielles - devraient être autorisées dans des conditions strictement contrôlées.

La Commission européenne doit agir maintenant pour éliminer le PVC d'ici 2030.

Read more

Références:

En partenariat avec :

Je Signe la PĂ©tition

    Écrire ceci comme
    Ce n'est pas vous ?

    En cliquant sur "Je signe la pétition", vous soutenez cette campagne et acceptez que WeMove Europe utilise vos données dans le cadre de celle-ci. Il est possible que nous remettions vos nom, prénom et pays aux personnes ou organisations ciblées par la pétition. A moins que vous ne vous inscriviez pour recevoir des mises à jour personnalisées, nous supprimerons vos données une fois la campagne terminée. Nous ne partagerons jamais vos données avec des tiers sans votre permission. Consultez notre politique de confidentialité complète ici.